Les déterminants du bien-être au travail

Le bien-être au travail regroupe de nombreux facteurs : le type management, le relationnel, le rythme et l’organisation du travail, les locaux le sentiment d’utilité par rapport à son travail et à l’entreprise. La bonne analyse des déterminants du bien-être au travail est indispensable pour mettre en place une politique du bien-être. Le bien être va améliorer la réussite professionnelle, la cohésion, la productivité, etc…

Le management

Le management est un des déterminants principaux du bien-être au travail. Mais d’abord…

Qu’est-ce que le management ?

Le management est définie comme l’art de diriger des équipes et de prendre les décisions stratégiques. Ces décisions ont pour but final d’atteindre les objectifs de l’entreprise, du projet ou de l’équipe.

Il existe six grandes fonctions du management : la fixation des objectifs et le suivi des résultats, le contrôle, l’organisation, la délégation, la gestion et la direction.

Pourquoi le bon manager améliore le bien être au travail ?

Un bon manager améliore considérablement le bien-être de ses employés. Les employés veulent se sentir entendus et, si possible, avoir la possibilité d’exprimer leur opinion.

Il est important pour le manager de savoir apporter des solutions à ses équipes sur les grands principes suivants : Gestion du temps, implication des équipes, augmentation de la motivation, prise de meilleures décisions d’embauche. Il est indispensable pour un bon manager de favoriser la participation et l’implication des employés dans la réalisation des objectifs d’un projet.

Les déterminants du bien être au travail

Le sens et l’intérêt le facteur indispensable…

Il n’est pas étonnant que l’intérêt pour son propre travail soit positivement lié au bien-être. De tous les leviers qui influencent le bien-être au travail, l’intérêt est le plus important.

L’intérêt est le second déterminant du bien-être au travail après les relations interpersonnelles. De plus, l’intérêt est un facteur dont l’importance ne varie pas beaucoup d’une personne à l’autre : tout le monde veut un travail intéressant. Il est important de noter que malgré la similitude, intérêt n’est pas synonyme d’importance : un employé trouvera un emploi intéressant, même s’il est insignifiant, et vice versa.

En observant le travail scientifique autour de l’idée du sens au travail et de l’intérêt au travail, on remarque qu’ils existent plusieurs façons de vivre son emploi. La première est de le vivre comme un simple boulot, emploi qui permet de vivre et de répondre à ses besoins. Le second est de le vivre comme une carrière, on parle souvent de carriériste. Et le dernier est de le vivre comme une vocation.

Le “simple” boulot

Il y a souvent peu d’attente pour ceux qui vivent leur travail comme un emploi qui leur permet simplement de répondre à leurs besoins. C’est souvent des causes de mal être car il est difficile de trouver du sens et d’y trouver une motivation à long terme. On va au travail car on y est obligé…

La carrière

Avancer dans son travail, atteindre de nouveaux objectifs, accroitre son salaire sont des exemples d’objectifs pour les personnes qui sont carriéristes. Cependant, cela peut être à double tranchant, en atteignant un plafond de verre, ou en se confrontant à une hiérarchie bloquant votre évolution, ce qui pourra alors générer une certaine frustration.

Le travail est sa vocation

La vocation au travail est pour beaucoup un rêve ! Lorsque le travail est aussi sa passion, le bien-être et l’épanouissement peut alors devenir total. Ce sentiment de bien-être est aussi accompagné par un sentiment de réalisation de soi, on fait ce que l’on rêve de faire.

La vocation est aussi un critère intéressant pour le développement personnel (il permet de déterminer des bases et de se questionner aisément).

Vivre son travail, le bien-être

Les relations humaines et l’ambiance sont des déterminants du bien-être au travail

Les bonnes relations avec les managers, une atmosphère agréable entre collègues, un bon esprit d’équipe sont des déterminants du bien-être au travail. Elle rend les employés plus productifs et moins volatiles. Il est donc important pour les entreprises de créer une cohésion entre les personnes d’une même équipe.

La gestion des conflits, des tensions, et des émotions, sont des éléments importants à prendre en compte pour les entreprises, mais aussi la confiance, les interactions, le soutien… Cela influence le climat de travail et au final la qualité de la circulation de l’information.

La confiance a un rôle important dans le bien-être au travail. La qualité des relations humaines l’influencent. Pour rappel, le degré confiance va être défini par le savoir, le savoir-faire et le savoir-être de la personne en face. De nombreuses étude montrent que lorsque l’on a manager que l’on considère digne de confiance cela améliore le bien-être au travail. La bienveillance permet aussi de maintenir les qualités de relation et la confiance.

Les relations humaines et l'ambiance sont des déterminants du bien-être au travail

La qualité relationnelle influe sur les trois dimensions du bien-être à savoir le plaisir, la satisfaction et la réalisation de soi. Il ne fait donc aucun doute que la qualité relationnelle d’une équipe va influer sur le bien-être de l’ensemble des collaborateurs.

Les bonnes relations génèrent des émotions positives, un sentiment d’intégration, la productivité et donc de meilleurs performances.

L’équilibre entre le travail et la vie personnelle

L’équilibre entre vie professionnelle et vie privée fait référence au moment où le travail et la vie privée s’affrontent. L’équilibre entre la vie professionnelle et la vie familiale est souvent une source de stress, d’anxiété et de tension pour de nombreux travailleurs.

De nombreuses études ont prouvé que les personnes qui travaillent pendant de nombreuses heures au détriment de leur vie personnelle font état d’un “bien-être” global plus faible, notamment en raison d’un niveau de stress bien plus élevé que la moyenne.

On note également que les heures de travail supplémentaires ont un impact négatif sur le bien-être des travailleurs.

Savoir séparer la vie familiale, personnelle et ses loisirs est un déterminant du bien-être au travail. C’est à la fois un accompagnement et une sensibilisation que doit avoir l’entreprise auprès de ses salariés. Le bien-être au travail est également influencé par la qualité de sa vie personnelle.

Le salaire

Le sixième levier concerne les avantages et bénéfices matériels ou financiers dont bénéficient les salariés, en particulier la rémunération et la qualité de l’environnement physique de travail, y compris la nature et la conception du lieu de travail, la température, le bruit, la lumière et la qualité de l’air.

Avantages sur le lieu de travail, reconnaissance, lieu de travail attrayant, gestion attentionnée… Les entreprises intensifient leurs efforts pour renforcer leur marque employeur et attirer les talents. Mais si la rémunération ne suit pas, il y a peu de chances de renforcer la fidélité des employés, d’obtenir une reconnaissance et, en fin de compte, de les rendre plus productifs ! Cette tendance est restée constante depuis 2016, ce qui démontre le pouvoir continu du salaire en tant que facteur émotionnel du bonheur au travail. En Europe, les travailleurs polonais sont les plus positifs en ce qui concerne leur salaire (58 %), suivis des travailleurs espagnols, français et allemands.

Un ensemble de facteur déterminant pour le bien-être au travail

Comme vous avez pu le voir dans l’article, il y a de nombreux déterminants du bien-être au travail. Ils sont organisationnels et managérial. Ils sont également émotionnel et sentimental.